Sustainable Development in an Urban Environment: A New Beginning for the U.S.?

FAF.logo.med

Sustainable Development in an Urban Environment: A New Beginning for the U.S.?

La French-American Foundation –  France, dans le cadre de son programme « Energy » a organisé le  6 mai dernier, une table ronde autour du « Sustainable Development in an Urban Environment: A New Beginning for the U.S.?”(1) où une équipe de Sia Conseil s’est rendue afin d’assister aux débats.

Lors ce cette table ronde, animée par Hugues de Revel, de la French-American Foundation – France(2), deux invités spécialistes du développement durable sont intervenus pour donner leurs visions : Dale Medearis, Senior Environmental Planner at the Northern Virginia Regional Commission (NVRC) et Anne de Pazzis, Directeur du développement durable chez Sita(3) France (Groupe Suez Environnement).

Tout d’abord, Dale Medearis nous a présenté le NVRC (Norther Virginia Regional Commission) ainsi que les actions dans le domaine de l’environnement. Le NVRC est un conseil régional regroupant des élus locaux de la région de Washington DC dans l’état de Virginie.  Dale Medearis, expert dans les problématiques liées au changement climatique et à l’énergie développe des partenariats avec des métropoles Européennes via le réseau METREX(4), au sein de ce groupe de réflexion. Le cas de cette région est très représentatif des problématiques environnementales que connaissent les Etats Unis : La région qui comprend 2,5 millions d’habitants emmétrait, selon Dale Medearis, autant de CO2 que la Corée du Sud. Cela représente 20 tonnes d’émissions par habitant et par an. Ces émissions étant dues en majorité au chauffage, à la climatisation et aux transports routiers (la région comprenant peu d’industrie). Les autorités locales se sont fixées de réduire ces émissions de 80% d’ici 2025. Cependant, la législation américaine en matière d’environnement est inexistante. Les régions doivent apprendre comment élaborer un plan environnemental. Les métropoles de l’Union Européenne qui ont selon lui autour de 30 ans d’avance sur les Etats Unis sont une source d’inspiration pour l’élaboration de la politique environnementale locale américaine. L’arrivée du nouveau gouvernement début 2009 est selon Dale Medearis, l’opportunité de rattraper le retard.

Ensuite, Anne de Pazzis, nous a présenté Sita France et l’implication de cette filiale du groupe Suez Environnement, qui inscrit ses activités dans une logique globale de développement durable. En effet, le taux d’urbanisation croit fortement. Actuellement 50% de la population mondiale habite en ville. Selon Anne de Pazzis, dans un contexte d’urbanisation croissante des populations  (Le taux atteindra 60% en 2025), en particulier en Asie qui comprendra en 2020 la moitié de l’humanité, les habitants ont de plus en plus d’exigences en matière de sécurité, de pollution et de service locaux comme les transports. Les effets de changements climatiques et la diminution des ressources naturelles nécessitent de repenser l’urbanisme de manière globale. Anne de Pazzis estime que des solutions innovantes en matière de gestion environnementale sont nécessaires.

Selon la directrice du développement durable de Sita France, un projet d’urbanisation nécessite la concertation des différentes parties (autorités locales, industriels, citoyens), en amont du projet. Les enjeux étant de développer les synergies entre plusieurs utilities (approche multi-utilities) et de proposer un projet adapté aux contraintes locales.  C’est le cas des éco-quartiers. Ils sont au nombre de 100 en Europe et 200 autres devraient aboutir d’ici 2020. Ces projets s’inscrivent dans une vision à long terme.

Dale Medearis reconnait alors que c’est cette vision à long terme qui fait terriblement défaut à sa région et plus globalement aux Etats Unis.  A titre d’exemple, les réseaux d’évacuation des eaux de Washington DC n’ont jamais été entretenus et renouvelés, si bien que le traitement des eaux est devenu le premier poste de consommation d’énergie et est extrêmement couteux. Les pouvoirs locaux ont par ailleurs du mal à favoriser les activités locales liées au développement durable. Les énergies renouvelables peinent par exemple à se développer car les entreprises du Northen Virginia proposant ces technologies, préfèrent investir en Europe  où la rentabilité de ces énergies est plus forte (grâce à une politique incitative).

Anne de Pazzis rappelle aussi que l’implication des décisionnaires (pouvoir publics) est indispensable. Bon nombre d’entre eux sont très frileux lorsqu’il  s’agit d’installer des centrales d’incinérations sur leurs territoires. Le chauffage urbain est par exemple reconnu comme un moyen efficace de chauffer des quartiers d’habitat collectif. De plus, le rendement d’un site de valorisation énergétique est optimal lorsqu’il crée de l’énergie électrique et de la chaleur. Cependant la chaleur ne peut être exploitée que lorsque l’unité de valorisation est implantée à proximité des habitations. Le développement du chauffage urbain pâtit réellement du manque d’implication des collectivités locales. Pour autant, certaines villes européennes l’ont mis en place avec succès. C’est le cas de l’éco-quartier de Fribourg en Allemagne.

La difficulté pour les élus consiste à inscrire de tels projets dans le long terme. Il est donc nécessaire de mettre en place des indicateurs réalistes permettant de suivre l’avancement du projet étape par étape. Trop souvent les projets consistent à tout détruire pour reconstruire ; un gaspillage d’énergie provoqué par une vision à court terme.

Un ancien responsable d’entreprise française spécialisée dans la gestion de l’eau qui travaillait, il y a trente ans, au développement de cette société sur le territoire américain indique alors que la plupart de ces problèmes étaient déjà identifiés à l’époque. Les technologies apportaient déjà des réponses efficaces, mais il n’y a jamais eu de volonté des pouvoirs publics : les craintes que cela se reproduise aujourd’hui sont fortes.

Selon Dale Medearis, les problèmes environnementaux ne sont mis sur le  devant de la scène politique américaine que depuis quelques mois. Les américains seront dorénavant obligés de faire un meilleur usage de leurs ressources. Il a le sentiment profond que quelque chose va arriver, mais reconnaît que cela ne sera certainement pas à l’échelle du mandat de Barack Obama.

Les Etat Unis sont en train de mettre en place une politique environnementale globale. Cette politique devra détailler les rôles et responsabilités des différentes parties (Le gouvernement, les états, les comtés, les communes) au travers de plans nationaux. On peut en particulier noter la nécessité d’adopter un plan énergie ayant pour objectifs la maîtrise des consommations et le développement des moyens de production d’énergie verte. Des projets de mise en place de standards environnementaux à l’échelle locale sont étudiés actuellement au congrès.

La conférence de Copenhague (5) qui aura lieu du 7 au 18 décembre 2009 sera certainement l’occasion de faire un point sur l’avancement des travaux. Les Etats-Unis y seront attendus, et les étapes franchies par le gouvernement américain depuis l’arrivée au pouvoir d’Obama laissent penser qu’ils peuvent venir avec une politique éclaircie dans ce domaine et une vraie volonté d’engagement.

(1) Le développement durable en milieu urbain: un nouveau départ pour les Etats-Unis ?

(2) French-American Foundation – France:

Depuis sa création en 1976, la French-American Foundation – France (FAF – France) développe et multiplie les échanges d’expérience, organise des rencontres, débats, tables rondes, voyages et études sur des sujets clefs pour identifier des réponses aux défis du futur en matière économique, sociale, géopolitique et culturelle. FAF -France développe, sur un champ d’action varié, des interventions multiples destinées à un public averti de cadres dirigeants, élus, chercheurs, étudiants et journalistes.

http://www.french-american.org

Contact :

Janet Steinmetzer, directrice du développement

Janet.steinmetzer@french-american.org

Hugues de Revel, responsable de programmes

Hugues.derevel@french-american.org

(3) Sita :

SITA France est, au sein de SUEZ Environnement, le spécialiste de la gestion globale des déchets. Depuis 90 ans, SITA collecte, achemine, traite et valorise les déchets des collectivités locales, des entreprises, des professionnels de santé et des particuliers. Enjeu majeur, tant pour les collectivités locales que pour les entreprises, la gestion des déchets fait partie intégrante de la protection de l’environnement.

http://www.sita.fr/

(4) METREX :

METREX, le Réseau des Régions et des Aires métropolitaines d’Europe, fournit une plate-forme d’échange de connaissance, d’expertise et d’expérience dans le domaine des affaires métropolitaines et propose une action conjointe sur des questions d’intérêt commun. Le Réseau est composé de membres de quelque 50 régions et aires métropolitaines accompagnés de nombreux autres organismes partenaires.

http://www.eurometrex.org/ENT1/FR/index.asp

(5) La conférence de Copenhague :

Conférence sur le changement climatique qui aura lieux à Copenhague en décembre 2009.

http://fr.cop15.dk/

Publicités

0 Responses to “Sustainable Development in an Urban Environment: A New Beginning for the U.S.?”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :