Archive for the 'Evènements' Category

Pourquoi la « venture philanthropy »?

La philanthropie fut longtemps un de ces domaines d’affrontement idéologique entre certains Français et certains Américains. Qui est le mieux placé, le plus légitime ou le plus efficace de l’Etat ou du privé  pour soutenir les arts et le développement économique et social ? Certes le mécénat soutenant les arts et les lettres eut longtemps ses lettres de noblesse mais cette fonction fut bientôt dévolue à l’Etat. L’opposition en ce domaine entre les pratiques françaises et américaines est importante mais finalement comme nous l’explique Frédéric Martel, les fonds destinés à l’intérêt général sont du même ordre. Aux Etats-Unis, la puissance publique apporte 7% des sommes destinées à la culture mais 43 % proviennent de fondations. En France, un pourcentage équivalent est apporté par la puissance publique. La différence d’apport se traduit par une plus grande décentralisation des décisions et sans doute une grande diversité des conditions d’interventions. Dans les deux pays l’intervention privée directe est restée importante.

En matière économique et sociale, l’intervention publique se réduit en France, et tend à regarder ce qui se passe aux Etats-Unis. Depuis quelques années s’y est développé la « venture philanthropie » combinaison des compétences managériales du venture capital, de la prise en compte des besoins nouveaux de la société (environnement, lutte contre la pauvreté, développement des pays émergents) et désir de ceux qui ont réussi de montrer leurs succès et d’en redistribuer une partie à leurs concitoyens. C’est ce monde que FAF France propose d’explorer dans les prochains mois.

Publicités

Obama à Paris!

Obama doit venir à Paris le 25 Juillet. Nous aurions aimé le recevoir comme nous aurions aimé recevoir John McCain. Il semble malheureusement que le temps dévolu à l’étape française ne le permette pas (pour les deux candidats).

La French-American Foundation – France ne prendra évidemment pas de position entre ces deux candidats différents mais de grande qualité. Quatre points sont cependant à souligner :

  • La campagne des primaires a été dynamique et ouverte. Elle a rassemblé des foules et a attiré des électeurs nouveaux dans le processus électoral. Elle illustre une démocratie vivante qui contraste avec les analyses précédentes.
  • La démocratie américaine a donné un signe encourageant de diversité en faisant apparaître jusque dans les dernières semaines des primaires, une femme, un noir et un senior.  Barack Obama illustre d’ailleurs particulièrement cette diversité en alliant dans son histoire des racines irlandaises et kenyanes et en ayant parcouru Hawaï, l’Indonésie, le Kansas et à la fois le chaudron qu’est Chicago et le centre intellectuel qu’est Harvard
  • Les préjugés vis-à-vis des races et de l’âge sont clairement exposés. La polémique avec le révérend White et le discours d’Obama à Philadelphie ont mis en lumière des sujets longtemps refoulés. De même à une autre échelle John McCain n’hésite pas à plaisanter sur son âge et à citer des décalages avec les générations plus jeunes, par exemple : son absence de maîtrise d’Internet, qui illustre son absence de complexes.
  • Enfin de nombreux sujets clefs pour l’évolution de la société américaine et en prolongement pour nos sociétés occidentales et l’ensemble de la planète sont clairement sur la table : la santé, l’environnement, l’Irak, l’Afghanistan, le libre échange…

Certes nous ne pouvons espérer que tout sera traité en profondeur et sans démagogie mais le débat est jusqu’à présent riche et pourrait ouvrir de nouvelles perspectives tant aux Etats-Unis que sur
la scène international.