Archive for the 'Général' Category

Young Leaders 2009 selection

French-American Foundation Announces

Selection of 2009 Young Leaders

2009 Annual Meeting: Chicago, Illinois

Paris/New York, July 1, 2009 – The French-American Foundation is proud to announce the participants selected for the 2009 Young Leaders program:

2009 American Young Leaders

  • Reuben Brigety, Director of the Sustainable Security Program, Center for American Progress
  • Sewell Chan, Reporter and Bureau Chief of City Room, The New York Times
  • Dalton Conley, Dean for the Social Sciences and University Professor, New York University
  • Xenia Dormandy, Executive Director, PeaceNexus
  • John Gallagher, Major, U.S. Army
  • Roy Katzovicz, Chief Legal Officer, Pershing Square Capital Management, L.P.
  • Magalie Laguerre-Wilkinson, Associate Producer, 60 Minutes – CBS News
  • Adeel Qalbani, Senior Managing Director, Reservoir Capital Group
  • Jamal Simmons, Principal, The Raben Group
  • Cynthia Smith, Executive Director, Public Policy, Payer Strategy and Operations, Affymax, Inc.
  • Matthew Turner, Executive, GE Energy

2009 French Young Leaders

  • Antoine Bello, Writer/Entrepreneur
  • Alexandre Bompard, CEO, Europe 1
  • Magda Danysz, President, Galerie Magda Danysz
  • Rémi El Ouazzane, Vice President and Worldwide General Manager, Texas Instruments
  • Claude Grunitzky,  Founder and Chairman of TMM Group Inc/ Founder, Chairman and Editor-in-Chief of TRACE Magazine
  • Jérôme Leprince-Ringuet, Manager, Refining and Marketing Research Department, Total
  • Vincent Mahé, Director, Corporate Finance Department, BNP Paribas
  • Audrey Pulvar, Chief Editor, France Télévisions
  • François-Xavier Rouxel,Executive Vice-President – Enrichment Business Unit, AREVA
  • Catherine Sueur, Deputy Executive Director, Musée du Louvre
  • Sébastien Veil, Director, PAI Partners

Click here for more information about the Young Leaders: http://www.frenchamerican.org/cms/youngleaders?nid=433

This year’s Young Leaders will visit Chicago, Illinois, the land of Lincoln and the home of U.S. President Barack Obama, from September 23-27.  Chicago is the third largest city in the United States and an important manufacturing, corporate and financial center.

During this session, the French-American group plans to meet key local officials, political figures, business leaders, academics and community activists in the quest of discovering integral aspects of Chicago’s landscape and, in particular, the city’s innovative community-based programs in education, public safety and neighborhood development.

The choice of Chicago, and the State of Illinois, as the focal point for this year’s program was not by chance, according to French-American Foundation-France president, Michel Garcin.  “We want to provide participants with the opportunity to hear from multiple voices on the dynamics of urban communities. Chicago is a vibrant cultural and economic center that also illustrates the challenges facing urban communities today.”

Antoine Treuille, president of the French-American Foundation in New York, commented, “An important part of this experience is to better understand how resources are mobilized and coordinated to provide real opportunities in and around cities, still one of the most difficult challenges confronting both the United States and France.  Fostering an ongoing exchange of ideas regarding programs that have proven effective in one country or the other is an essential part of the dialogue we are seeking to create.”

The prestigious exchange program’s alumni include former U.S. President Bill Clinton, current U.S. Secretary of State Hillary Clinton and former French Prime Minister Alain Juppé.  The sessions are intended to contribute to an ongoing dialogue and cement the relationships between future leaders from both sides of the Atlantic.

About the Young Leaders program

The French-American Foundation’s Young Leaders program began in 1981 as part of an effort to improve working relationships between French and American leaders by providing exposure to their trans-Atlantic counterparts in government, business, media, the military and the non-profit sector.  Past American Young Leaders include President Bill Clinton, Secretary of State Hillary Clinton, Senators Evan Bayh and Bill Bradley, General Wesley Clark, former White House Chief of Staff Joshua Bolten, World Bank President Robert Zoellick, and business leaders Frank Herringer (Transamerica Corporation) and John Thain (fomerly with Merrill Lynch). Past French participants include several business leaders, including Henri de Castries (AXA), Anne Lauvergeon (AREVA), and Michel Bon (formerly with France Télécom), in addition to a number of political leaders, such as former Prime Minister Alain Juppé, Minister for Higher Education and Research Valérie Pécresse, Minister for Forward Planning, Assessment of Public Policies and Development of the Digital Economy Nathalie Kosciusko-Morizet, former Minister of European Affairs Pierre Moscovici, former Minister of Defense Alain Richard and former Minister of Justice Jacques Toubon.

Young Leaders are selected by committees in France and the United States based on recommendations from past participants and members of the French-American Foundation as well as from other interested observers and from media reports about rising young personalities.  Candidates are typically under 40 years of age and are considered to have the potential to rise to the highest levels of their profession. Selected Young Leaders are invited to participate in two annual meetings which alternate each year between France and the United States.  Click here to view the members of the 2009 Young Leaders selection committees.

The French-American Foundation, with offices in Paris and New York, was established in 1976 with the mission to enrich and improve relations between France and the United States and to encourage an active dialogue between the two nations.


Press contact:       William Mengebier

Tel:                         +33 (0)6 29 62 03 04

E-mail:                   press@french-american.org

The Young Leaders program is made possible through the generous donations from the following sponsors:

Corporate Benefactors Individual Benefactors
Aforge Finance The Honorable Anne Cox Chambers
Alpha Associés Jean-Luc Allavena
D’Artagnan Jennifer Koch Easterly
Lazard Frères SAS Frank C. Herringer
John N. Irwin, III
Raymond M. Jefferson
Sophie L’Hélias-Delattre
Jonathan S. Perelman
John A. Thain

« The Innovative Global Energy Hub »

La French-American Foundation – France (1), dans le cadre de son programme « Energy », a organisé le 5 juin dernier une table ronde sur le thème « The Innovative Global Energy Hub ». Une équipe de Sia Conseil était présente pour assister aux échanges dont nous vous proposons ici un compte-rendu, également disponible sur le blog Energies & Environnement de Sia Conseil.

Hugues de Revel, animateur de la table ronde, souhaite rappeler en introduction que nous sommes le 5 juin, date choisie par l’ONU pour la journée mondiale de l’environnement. Puis il donne la parole aux deux invités : Dewitt Peart(2), Président de la Pittsburgh Regional Alliance et Yann Françoise(3), pilote du Plan Climat de Paris, qui a été adopté en octobre 2007.

Pittsburgh : the Global Energy Hub

Dewitt Peart commence par une présentation de sa région, située au Sud-Est de la Pennsylvanie, qui compte 2,6 millions d’habitants et abrite un tissu très diversifié d’entreprises dont l’activité résiste particulièrement bien à la crise. La région rayonne au niveau mondial grâce à la présence de plus de 300 multinationales. En outre, le sommet du G20 s’y tiendra en septembre prochain. Les secteurs clés, soutenus par une R&D très développée, sont la manufacture de pointe, les technologies de l’information, la bio-ingénierie et l’énergie.

Mr Peart axe ensuite sa présentation sur le secteur de l’énergie. Il rappelle que la région de Pittsburgh a toujours été pionnière en matière d’énergie, notamment grâce à ses sous-sols regorgeant d’énergies fossiles. Les premières mines de charbon y furent construites en 1760. Puis l’industrie pétrolière démarre à Pittsburgh avec la construction du premier puits de pétrole en 1859. Un siècle plus tard, c’est au tour du nucléaire : la première centrale des Etats-Unis voit le jour en 1957. De nos jours, le secteur est composé de 700 entreprises employant plus de 100 000 personnes, générant plus de 28 milliards de dollars de chiffre d’affaires et investissant plus d’un milliard par an pour la R&D. L’activité est soutenue par les objectifs de l’AEPS (Alternative Energy Portfolio Standards) qui visent 18% d’énergies renouvelables pour la vente d’électricité d’ici 2020.

Innovative energy hub pittsburgh enrgy

Mr Peart détaille chaque source d’énergie en répertoriant les forces et les opportunités de la région. En matière d’énergies fossiles, le secteur est très bien structuré et les ressources sont énormes avec le nouveau gisement de gaz de Marcellus Shale. Le secteur nucléaire est alimenté par la forte demande actuelle. De plus, Pittsburgh accueille un grand centre de recherche ainsi que le siège de Westinghouse. La région dispose également de très bons atouts pour les énergies renouvelables : grâce à son expertise industrielle, elle fournit de nombreux composants pour les éoliennes et les panneaux solaires. Enfin, la grande expérience en matière d’électronique est une force pour développer de nouvelles applications dans le secteur de l’énergie et la construction de bâtiments « intelligents ».

Innovative energy hub pittsburgh enrgy2

Enfin, Dewitt Peart termine sa présentation en montrant que parmi les 25 plus grosses villes fournissant de l’énergie aux Etats-Unis, Pittsburgh est la seule qui a un fort taux d’emploi et qui dispose de grandes ressources fossiles.

Le Plan Climat de la ville de Paris

Innovative energy hub enrgy3

Yann Françoise prend alors la parole et commence par rappeler le contexte très particulier de la ville de Paris, qui concentre plus de 2 millions d’habitants dans un périmètre très restreint (105 km²) et qui n’accueille quasiment aucune activité industrielle. Puis il évoque les résultats du bilan carbone réalisé par la ville en 2004 : avec une consommation d’énergie de 34 000 GWh/an, Paris a émis 6,5 millions de tonnes équivalent carbone (soit 24 millions de tonnes équivalent CO2). A noter que la consommation d’énergie dans le secteur résidentiel est en baisse depuis 1990, mais qu’elle augmente légèrement en ce qui concerne les bureaux. Dans ce contexte, le plan d’action contre le changement climatique propose des objectifs ambitieux à horizon 2020 :

– baisse de 25% de la consommation d’énergie (par rapport au niveau de 2004)
– baisse de 25% des émissions de gaz à effet de serre (par rapport au niveau de 2004)
– 25% d’énergie produite à partir de sources renouvelables (contre 11% actuellement)
A horizon 2050, la ville espère même diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre.

Évidemment, ces objectifs se décomposent par secteur en actions concrètes, principalement dans le bâtiment, avec la rénovation thermique des immeubles, mais aussi dans le transport, avec l’amélioration des transports publics, la mise en service de nouvelles lignes de tramway et le développement des modes de transport doux (dont le Vélib’ constitue une vitrine médiatique). D’autres initiatives sont lancées, comme l’aménagement de nouveaux espaces verts, la réduction du volume de déchets, etc.

Yann Françoise explique ensuite les moyens mis en œuvres pour atteindre l’objectif fixé en termes d’énergie renouvelable : Paris dispose du 2ème plus gros réseau de chaleur européen après celui de Moscou. La mairie envisage de développer ce réseau et de modifier le mix énergétique de production de l’eau chaude. En particulier, le bois, les boues d’épuration, la géothermie ou encore le biogaz seront mis à contribution. Un autre axe envisagé est l’installation de 200 000 m² de panneaux photovoltaïques sur les toits de Paris (qui n’en comptent que 2 000 m² à ce jour) pour produire 0,7% de l’énergie consommée par la ville.

Questions: Suite à ces deux présentations, la salle était invitée à poser des questions aux intervenants.

Comment expliquer la réussite industrielle de Pittsburgh, malgré la crise économique et un passé de ville industrielle en déclin ?

Dewitt Peart commence par rappeler la situation critique dans laquelle se trouvait Pittsburgh au moment du déclin de son économie basée essentiellement sur la sidérurgie. Alors que la population de la région déclinait et que le chômage atteignait 30% en 1983. On comprend bien dès lors que le chemin parcouru pour revenir au premier plan a été long et difficile. Néanmoins, trois éléments principaux permettent d’expliquer la réussite économique que connaît actuellement Pittsburgh :

  1. Un programme fédéral de formation pour réorienter les actifs vers les nouveaux secteurs porteurs.
  2. Une diversification, non seulement poussée par la réalité économique, mais surtout érigée à dessein comme stratégie de développement économique, ce qui s’est avéré payant
  3. Enfin, une forte implication des dirigeants du secteur privé qui, collaborant avec l’administration publique, ont investi dans la région, ont su mobiliser et ont orienté l’économie régionale.

Comment le Plan Climat va-t-il se coordonner avec le projet du Grand Paris ?

Yann Françoise précise que plusieurs projets coexistent, dont le projet de Grand Paris, poussé par le Gouvernement français, et le projet de Paris Métropole, soutenu par la Mairie de Paris. Mais au-delà de ses problématiques administratives, il insiste sur la coopération qui a été mise en place dès le début du plan climat avec les villes et département voisins. Car même si la ville de Paris est à l’origine de ce Plan Climat, l’ensemble des acteurs publics se retrouvent dans ces objectifs. Ainsi, quelque soit le cadre dans lequel il s’articulera, Paris intra-muros, Grand Paris ou Paris Métropole, le combat contre le réchauffement climatique est partagé par tous et sera donc une priorité des politiques publiques.

Quel est le coût économique du Plan Climat de la ville de Paris ?

Yann Françoise explique que le chiffrage est très difficile à réaliser, en particulier en ce qui concerne la rénovation des bâtiments existants et la protection des espèces. Il précise quelques chiffres qui sont connus comme les 360 millions versés annuellement au STIF pour l’amélioration des transports et les 12 millions pour la protection contre les inondations.

Existe-t-il un programme équivalent au Plan Climat à Pittsburgh ?

Dewitt Peart répond qu’il n’y a pas encore d’approche globale du problème mais que de nombreuses initiatives écologiques existent et que des efforts particuliers sont réalisés pour les transports et notamment la promotion du vélo.

Retrouvez l’ensemble des présentations sur www.french-american.org/programmes/energie-environnement/index.html

Notes de bas de page :

(1) French-American Foundation – France : depuis sa création en 1976, la French-American Foundation – France (FAF – France) développe et multiplie les échanges d’expérience, organise des rencontres, débats, tables rondes, voyages et études sur des sujets clefs pour identifier des réponses aux défis du futur en matière économique, sociale, géopolitique et culturelle. FAF -France développe, sur un champ d’action varié, des interventions multiples destinées à un public averti de cadres dirigeants, élus, chercheurs, étudiants et journalistes.
Site : http://www.french-american.org

(2) Contacts :

– Janet Steinmetzer, directrice du développement (Janet.steinmetzer@french-american.org)
– Hugues de Revel, responsable de programmes (Hugues.derevel@french-american.org)

(3) Dewitt PEART: Executive Vice President, Economic Development, Allegheny Conference on Community Development, President, Pittsburgh Regional Alliance, an affiliate of the Allegheny Conference. L’Alliance Régionale de Pittsburgh a pour but de faire la promotion du Sud-est de la Pennsylvanie à l’international et d’offrir un point d’’accès privilégié aux entreprises souhaitant s’y installer.

(4) Yann FRANCOISE : Responsable de la cellule climat-énergie à la Direction des Espaces verts et de l’Environnement (DEVE) de la Ville de Paris

Sustainable Development in an Urban Environment: A New Beginning for the U.S.?

FAF.logo.med

Sustainable Development in an Urban Environment: A New Beginning for the U.S.?

La French-American Foundation –  France, dans le cadre de son programme « Energy » a organisé le  6 mai dernier, une table ronde autour du « Sustainable Development in an Urban Environment: A New Beginning for the U.S.?”(1) où une équipe de Sia Conseil s’est rendue afin d’assister aux débats.

Lors ce cette table ronde, animée par Hugues de Revel, de la French-American Foundation – France(2), deux invités spécialistes du développement durable sont intervenus pour donner leurs visions : Dale Medearis, Senior Environmental Planner at the Northern Virginia Regional Commission (NVRC) et Anne de Pazzis, Directeur du développement durable chez Sita(3) France (Groupe Suez Environnement).

Tout d’abord, Dale Medearis nous a présenté le NVRC (Norther Virginia Regional Commission) ainsi que les actions dans le domaine de l’environnement. Le NVRC est un conseil régional regroupant des élus locaux de la région de Washington DC dans l’état de Virginie.  Dale Medearis, expert dans les problématiques liées au changement climatique et à l’énergie développe des partenariats avec des métropoles Européennes via le réseau METREX(4), au sein de ce groupe de réflexion. Le cas de cette région est très représentatif des problématiques environnementales que connaissent les Etats Unis : La région qui comprend 2,5 millions d’habitants emmétrait, selon Dale Medearis, autant de CO2 que la Corée du Sud. Cela représente 20 tonnes d’émissions par habitant et par an. Ces émissions étant dues en majorité au chauffage, à la climatisation et aux transports routiers (la région comprenant peu d’industrie). Les autorités locales se sont fixées de réduire ces émissions de 80% d’ici 2025. Cependant, la législation américaine en matière d’environnement est inexistante. Les régions doivent apprendre comment élaborer un plan environnemental. Les métropoles de l’Union Européenne qui ont selon lui autour de 30 ans d’avance sur les Etats Unis sont une source d’inspiration pour l’élaboration de la politique environnementale locale américaine. L’arrivée du nouveau gouvernement début 2009 est selon Dale Medearis, l’opportunité de rattraper le retard.

Ensuite, Anne de Pazzis, nous a présenté Sita France et l’implication de cette filiale du groupe Suez Environnement, qui inscrit ses activités dans une logique globale de développement durable. En effet, le taux d’urbanisation croit fortement. Actuellement 50% de la population mondiale habite en ville. Selon Anne de Pazzis, dans un contexte d’urbanisation croissante des populations  (Le taux atteindra 60% en 2025), en particulier en Asie qui comprendra en 2020 la moitié de l’humanité, les habitants ont de plus en plus d’exigences en matière de sécurité, de pollution et de service locaux comme les transports. Les effets de changements climatiques et la diminution des ressources naturelles nécessitent de repenser l’urbanisme de manière globale. Anne de Pazzis estime que des solutions innovantes en matière de gestion environnementale sont nécessaires.

Selon la directrice du développement durable de Sita France, un projet d’urbanisation nécessite la concertation des différentes parties (autorités locales, industriels, citoyens), en amont du projet. Les enjeux étant de développer les synergies entre plusieurs utilities (approche multi-utilities) et de proposer un projet adapté aux contraintes locales.  C’est le cas des éco-quartiers. Ils sont au nombre de 100 en Europe et 200 autres devraient aboutir d’ici 2020. Ces projets s’inscrivent dans une vision à long terme.

Dale Medearis reconnait alors que c’est cette vision à long terme qui fait terriblement défaut à sa région et plus globalement aux Etats Unis.  A titre d’exemple, les réseaux d’évacuation des eaux de Washington DC n’ont jamais été entretenus et renouvelés, si bien que le traitement des eaux est devenu le premier poste de consommation d’énergie et est extrêmement couteux. Les pouvoirs locaux ont par ailleurs du mal à favoriser les activités locales liées au développement durable. Les énergies renouvelables peinent par exemple à se développer car les entreprises du Northen Virginia proposant ces technologies, préfèrent investir en Europe  où la rentabilité de ces énergies est plus forte (grâce à une politique incitative).

Anne de Pazzis rappelle aussi que l’implication des décisionnaires (pouvoir publics) est indispensable. Bon nombre d’entre eux sont très frileux lorsqu’il  s’agit d’installer des centrales d’incinérations sur leurs territoires. Le chauffage urbain est par exemple reconnu comme un moyen efficace de chauffer des quartiers d’habitat collectif. De plus, le rendement d’un site de valorisation énergétique est optimal lorsqu’il crée de l’énergie électrique et de la chaleur. Cependant la chaleur ne peut être exploitée que lorsque l’unité de valorisation est implantée à proximité des habitations. Le développement du chauffage urbain pâtit réellement du manque d’implication des collectivités locales. Pour autant, certaines villes européennes l’ont mis en place avec succès. C’est le cas de l’éco-quartier de Fribourg en Allemagne.

La difficulté pour les élus consiste à inscrire de tels projets dans le long terme. Il est donc nécessaire de mettre en place des indicateurs réalistes permettant de suivre l’avancement du projet étape par étape. Trop souvent les projets consistent à tout détruire pour reconstruire ; un gaspillage d’énergie provoqué par une vision à court terme.

Un ancien responsable d’entreprise française spécialisée dans la gestion de l’eau qui travaillait, il y a trente ans, au développement de cette société sur le territoire américain indique alors que la plupart de ces problèmes étaient déjà identifiés à l’époque. Les technologies apportaient déjà des réponses efficaces, mais il n’y a jamais eu de volonté des pouvoirs publics : les craintes que cela se reproduise aujourd’hui sont fortes.

Selon Dale Medearis, les problèmes environnementaux ne sont mis sur le  devant de la scène politique américaine que depuis quelques mois. Les américains seront dorénavant obligés de faire un meilleur usage de leurs ressources. Il a le sentiment profond que quelque chose va arriver, mais reconnaît que cela ne sera certainement pas à l’échelle du mandat de Barack Obama.

Les Etat Unis sont en train de mettre en place une politique environnementale globale. Cette politique devra détailler les rôles et responsabilités des différentes parties (Le gouvernement, les états, les comtés, les communes) au travers de plans nationaux. On peut en particulier noter la nécessité d’adopter un plan énergie ayant pour objectifs la maîtrise des consommations et le développement des moyens de production d’énergie verte. Des projets de mise en place de standards environnementaux à l’échelle locale sont étudiés actuellement au congrès.

La conférence de Copenhague (5) qui aura lieu du 7 au 18 décembre 2009 sera certainement l’occasion de faire un point sur l’avancement des travaux. Les Etats-Unis y seront attendus, et les étapes franchies par le gouvernement américain depuis l’arrivée au pouvoir d’Obama laissent penser qu’ils peuvent venir avec une politique éclaircie dans ce domaine et une vraie volonté d’engagement.

(1) Le développement durable en milieu urbain: un nouveau départ pour les Etats-Unis ?

(2) French-American Foundation – France:

Depuis sa création en 1976, la French-American Foundation – France (FAF – France) développe et multiplie les échanges d’expérience, organise des rencontres, débats, tables rondes, voyages et études sur des sujets clefs pour identifier des réponses aux défis du futur en matière économique, sociale, géopolitique et culturelle. FAF -France développe, sur un champ d’action varié, des interventions multiples destinées à un public averti de cadres dirigeants, élus, chercheurs, étudiants et journalistes.

http://www.french-american.org

Contact :

Janet Steinmetzer, directrice du développement

Janet.steinmetzer@french-american.org

Hugues de Revel, responsable de programmes

Hugues.derevel@french-american.org

(3) Sita :

SITA France est, au sein de SUEZ Environnement, le spécialiste de la gestion globale des déchets. Depuis 90 ans, SITA collecte, achemine, traite et valorise les déchets des collectivités locales, des entreprises, des professionnels de santé et des particuliers. Enjeu majeur, tant pour les collectivités locales que pour les entreprises, la gestion des déchets fait partie intégrante de la protection de l’environnement.

http://www.sita.fr/

(4) METREX :

METREX, le Réseau des Régions et des Aires métropolitaines d’Europe, fournit une plate-forme d’échange de connaissance, d’expertise et d’expérience dans le domaine des affaires métropolitaines et propose une action conjointe sur des questions d’intérêt commun. Le Réseau est composé de membres de quelque 50 régions et aires métropolitaines accompagnés de nombreux autres organismes partenaires.

http://www.eurometrex.org/ENT1/FR/index.asp

(5) La conférence de Copenhague :

Conférence sur le changement climatique qui aura lieux à Copenhague en décembre 2009.

http://fr.cop15.dk/

Climate Change Policy

ccp

Depuis trois mois, les positions de la France et des Etats-Unis ont beaucoup évolué en matière d’environnement. La France était fière du grenelle de l’environnement qu’elle peine à faire entrer dans les faits même si de plus en plus d’entreprises se référent à des initiatives qui manquent souvent d’envergure.

L’arrivée de la nouvelle administration Obama a profondément changé la position des Etats-Unis. Certes de nombreuses initiatives avaient déjà été prises au niveau des états (Pennsylvanie, New Jersey et surtout Californie) mais depuis deux mois, l’échelon fédéral est devenu moteur en matière d’environnement et d’énergie dont le Président fait un élément majeur de la reprise et de la création d’emploi.

C’est pourquoi, à mi chemin entre les réunions de Poznań et de Copenhague qui doit apporter une suite à Kyoto, il est particulièrement utile de faire le point sur la politique climatique en comparant les points de vue d’universitaires et d’entrepreneurs californiens et américains, européens et français. C’est ce que propose la French American Foundation France avec l’Université de Stanford et de nombreux partenaires dont Total, la Caisse des dépôts, Areva, Accor. Une trentaine d’intervenants confronteront leurs points de vue sur les différents aspects concernés depuis le prix du carbone jusqu’aux politiques d’investissement à conduire au niveau local et international.Ces échanges sont essentiels car cette nouvelle politique est non seulement pluridisciplinaire, internationale mais c’est aussi un échange nouveau entre les partenaires publics et privés.

un nouveau monde en marche : une nouvelle donne?

L’élection de Barack Obama ouvre la porte à la nouvelle donne évoquée dans notre précédent bulletin. Tout a déjà été dit sur l’efficacité de sa campagne, son organisation exploitant pour la première fois toutes les possibilités des nouveaux médias, le calme d’Obama qui a su ainsi répondre aux interrogations sur ses qualités de leader et sa capacité à répondre à la crise.
Quatre points sont à relever qui donnent quelques indications sur la présidence Obama :

Le volontarisme : « yes we can ». Ce slogan hérité des années de guerre pour illustrer les femmes qui prenaient la relève des hommes partis au combat illustre la responsabilité de chacun dans la survie de la société. Il fait aussi  référence à la réflexion d’Obama selon laquelle la réussite de la société facilitait la réussite de chacun. Cette interdépendance entre le sort individuel et l’action de tous peut être une indication forte d’une politique économique et sociale de partage des tâches et responsabilités.
L’unité dans la diversité. L’appel à la réunion de tous sans distinction d’âge, de sexe, d’origine sociale et culturelle, les projets de constitution d’un cabinet regroupant des hommes et des femmes de diverses affiliations, la capacité du candidat à réunir des personnes de tous horizons définit un style de gouvernement et une conception de la société où chacun a sa place.

Le choix de la négociation sans conditions avec les adversaires sans condition mais sans naïveté laisse espérer des efforts pour sortir des diverses impasses dans lesquelles se trouvent les relations internationales : Irak, Iran, Proche Orient amis aussi Kyoto et négociations commerciales.
Enfin tout ceci doit être complété par le rappel des qualités de la nation américaine : le parcours accompli par Barack Obama n’aurait dit il été possible dans aucune autre nation.

Ces éléments peuvent s’incarner dans des politiques très différentes. Ils donnent toutefois des orientations assez précises qui pourraient créer une dynamique sociale et internationale.

Michel Garcin

Président du Directoire de la French American Foundation France


Analysis: Obama’s Foreign Policy Challenges

Foreign Policy Association
Marco Vicenzino, Young Leader 2008

In winning over 50 percent of the popular vote, President-elect Barack Obama can claim a popular mandate, but in order to unify the nation and its position abroad he must govern from the center of the American political spectrum. Doing so will not be easy, as Americans remain divided on many foreign policy concerns and pressure to live up to huge international expectations grows.

Overall, the 2008 election was void of real debate on foreign policy issues, with both candidates offering more rhetoric than substance. U.S. foreign policy now requires more realism and results and less rhetoric. The world today is marked by newly emerging geographical centers of power, particularly in the developing world, coupled by the rise of non-state actors (such as NGOs, multinational corporations, and terrorist groups) and newly emerging non-geographical centers of power, particularly virtual centers of power, such as the realm of cyberspace. Multi-tasking in a multi-centric world remains an absolute priority.

The comparisons between JFK and Obama are inevitable but the times are completely different.

To read the full article : Foreign Policy Association

L’équation Obama pour la France

Par Frédérick T.Davis, associé chez Debevoise & Plimpton, membre du conseil de surveillance de la French American Foundation.

Depuis des années aucune élection présidentielle américaine n’avait suscité un tel intérêt dans le monde. En France, les journaux ont couvert l’élection dès le début des primaires, en janvier 2008. Les Français ne faisaient pas mystère du candidat qui avait leur préférence : un récent sondage effectué à la demande de la Fondation franco-américaine indiquait que 85% des sondés français préféraient voir Barack Obama devenir le 44ème président des Etats-Unis. Depuis hier, c’est chose faite. Mais que signifie réellement pour la France et le reste du monde un tel événement ?

Tout d’abord, la principale difficulté à laquelle le président Obama va être confronté, dès sa prise de fonctions en janvier 2009, sera de toute évidence l’immense attente que sa candidature a suscitée, ainsi que l’ampleur des problèmes dont il hérite. Depuis l’élection de John Kennedy en 1960, aucun président américain n’a été élu dans un tel climat d’excitation et d’espoir. «L’Audace d’espérer» – «The Audacity of Hope» – caractérise bien sa démarche et désigne à la fois le titre de son deuxième livre et le leitmotiv de sa campagne.

Des pans entiers de la population, aussi bien aux Etats-Unis qu’à travers le monde, attendent de l’Amérique qu’elle montre un nouveau visage et adopte une autre attitude. Toutefois, les événements qui ont provoqué cette soif de changement ne laissent à l’administration Obama que des outils diminués pour tenter de l’étancher: l’économie américaine est affaiblie, la réputation des Etats-Unis et leur «capital politique» dans le monde sont nettement réduits; les Américains eux-mêmes demeurent profondément divisés par les «guerres culturelles» déclenchées durant les années Bush. S’il est un message que nous risquons d’entendre souvent de la part de Barack Obama ce sera celui de la nécessité de «gérer» ces attentes et ces espoirs et de faire preuve d’autant de patience que le président pour effectuer les changements qu’il a promis.

Cela étant dit, l’élection d’Obama va avoir à coup sûr, par elle-même, un effet immédiat, profond et positif. Les Etats-Unis ont élu à leur tête un homme jeune et noir, le fils d’un immigré africain et le petit-fils d’un musulman pratiquant. Les Américains ont longtemps cru au caractère exceptionnel de l’expérience américaine, et Barack Obama répète souvent qu’un destin comme le sien n’aurait pu s’accomplir dans aucun autre pays. Son élection est un événement historique dont les Américains sont fiers à juste titre. Elle apporte un démenti cinglant, une «contre-histoire» à tous ceux qui à travers le monde prétendent voir dans les Etats-Unis le «Grand Satan».

En outre, il est probable que l’élection d’Obama revigorera la diplomatie internationale: un terme qui ne figurait pas au répertoire de l’administration Bush ou durant la campagne de John McCain. Ces derniers ont semblé, l’un comme l’autre, confondre politique étrangère et stratégie militaire. Or, c’est précisément en raison de la complexité des questions économiques et de sécurité qui se posent aux États-Unis, et du lien indissoluble de celles-ci avec les affaires internationales, qu’Obama sera enclin à se tourner vers la France et d’autres pays d’Europe et du monde pour les consulter, les écouter et collaborer avec eux.

Enfin, l’objectif ultime d’Obama sera de raviver le dynamisme américain, de faire renaître l’idée que «tout est possible» et d’exhorter les Américains à être plus créatifs et innovants dans les domaines de la culture et de l’esprit, et non plus seulement en matière économique et de défense. Je forme des vœux pour que, sur ce plan, «l’Audace d’espérer» se traduise en actes. Obama partage avec John Kennedy le fait de s’être distingué non seulement par sa jeunesse mais également par son intelligence, sa discipline, son éloquence, sa curiosité intellectuelle – autant de qualités qui sont largement appréciées en France. Je fais le pari qu’Obama et ses conseillers apporteront un élan nouveaux aux relations avec la France, dans tous les domaines.

Comme les Américains eux-mêmes, les Français doivent se garder d’attendre des résultats immédiats de l’administration Obama. Mais ils peuvent, à l’image du nouveau président, se montrer audacieux en espérant voir des relations plus intenses, plus chaleureuses et plus positives s’instaurer entre les Etats-Unis et leur plus vieil allié diplomatique.